FAQ Portail ESO FLA

Langue

Article de Jonna Semple-Kloke, agente des communications, Providence Care

Une fois par mois, des professionnels de la santé et des acteurs locaux investis dans la santé et le bien-être de notre population vieillissante se réunissent en vue de planifier et d’examiner des façons de soutenir, de défendre et de coordonner les programmes et services régionaux conçus pour assurer l’épanouissement des adultes vieillissant chez eux. Il s’agit du groupe de travail Bien vieillir chez soi, un sous-groupe ou une direction générale de l’Équipe Santé Ontario de Frontenac, Lennox et Addington (ÉSO FLA).

Ce groupe a pour ambition d’aider les adultes vieillissants à vivre de façon autonome, à maintenir leur santé et leur bien-être et à recevoir des soins préventifs et communautaires. L’ÉSO est ainsi à même d’atteindre son objectif, à savoir d’améliorer la qualité des soins et de réduire le coût des soins de santé par habitant.

Le groupe de travail Bien vieillir chez soi de l’ÉSO FLA comprend des citoyens, des municipalités et de multiples organismes, comme le Réseau canadien des soins aux personnes fragilisées (RCSPF).

Kyle Plumb est gestionnaire de projets au RCSPF et siège au groupe de travail Bien vieillir chez soi. D’après lui, l’une des plus grandes contributions de son organisme est un inventaire, ou une base de données, des soutiens et services communautaires.

« L’accès est difficile, affirme Kyle. Le RCSPF et l’ÉSO FLA font corps pour optimiser l’accessibilité aux services communautaires, aux services préventifs et aux soutiens comportementaux destinés aux adultes vieillissants. L’amélioration de l’accessibilité aux soutiens communautaires, comme le programme ÉVITER la fragilisation, se traduit par une réduction de la pression exercée sur les soutiens médicaux et cliniques. »

Le lancement du programme ÉVITER la fragilisation ne remonte pas à très longtemps. Le programme continue d’évoluer dans la région de Kingston, Frontenac, Lennox et Addington. Les personnes de 60 ans et plus peuvent réaliser une auto-évaluation en ligne de leur état de santé global et de leur bien-être avant d’obtenir un rapport faisant état des ressources dont elles disposent pour rester en bonne santé, vivre en toute autonomie et éviter la fragilisation. Suivant cette auto-évaluation, elles peuvent accéder aussi à la base de données interactive et communautaire qui présente l’ensemble des ressources, services et programmes communautaires destinés aux adultes vieillissants disponibles dans la région de Kingston, Frontenac, Lennox et Addington.

ÉVITER est un acronyme et constitue un cadre promouvant la vie saine. ÉVITER renvoie à signifie équilibrer (son alimentation), vérifier (ses médicaments), immuniser, tenter (de bien dormir), entretenir (des liens) et rester (actif). Ces catégories sont fondées sur des données probantes qui préviennent la fragilisation.

« La fragilisation se définit comme une affection marquée par la détérioration des capacités fonctionnelles. Elle se manifeste par une vulnérabilité accrue à des problèmes médicaux mineurs, comme une chute, une coupure ou une grippe. Le risque de fragilisation s’exacerbe avec l’âge, mais n’est pas partie intégrante du vieillissement normal. C’est donc là que l’expertise de notre groupe intervient », explique Kyle.

« Une approche médicale n’est pas entièrement indissociable d’une approche communautaire au bien-être, ajoute Kyle. Les deux doivent fonctionner en tandem. Nous aimerions voir une intégration complète avec toutes les équipes de santé. Si le RCSPF est en mesure de repérer un risque par l’intermédiaire de ses évaluations, il peut aiguiller la personne vers des professionnels de la santé et l’aider à mettre au point des plans de traitement. »

Bien que le RCSPF ait toujours cherché à s’associer aux fournisseurs de soins de santé primaires, un nouveau projet du programme ÉVITER la fragilisation prévoit également d’évaluer les individus en personne. C’est le Dr John Puxty, gériatre à Providence Care, qui effectue ces évaluations facultatives en personne.

« Cette approche nous permet de valider notre sondage et de fournir aux citoyens une évaluation et des recommandations plus détaillées de la part d’un gériatre. Il s’agit d’une excellente option pour les personnes qui ne disposent pas de médecin de famille. »

Le groupe de travail s’investit aussi pour trouver d’autres façons de mettre davantage de renseignements, de ressources et de soutiens à la disposition des personnes âgées afin qu’elles préservent leur santé, leur bien-être et leur indépendance. Par exemple, le 1er juin, une exposition sur les aînés organisée par l’équipe Santé familiale Loyalist a eu lieu au Centre récréatif W.J. Henderson, situé au 322, promenade Amherst à Amherstview.

« Savoir vers qui se tourner pour recevoir des soutiens qui non seulement motivent les adultes vieillissants, mais aussi les inspirent à mener un mode de vie sain est un moyen pour aider les gens à bien vieillir chez eux », déclare Helen Cooper, membre du groupe de travail Bien vieillir chez soi.

Helen est également présidente de Oasis, un organisme à but non lucratif de Kingston qui fournit une grande variété de programmes aux personnes âgées qui résident dans un immeuble d’appartements au centre de la ville de Kingston.

« J’ai pu constater l’incidence positive de la participation des personnes âgées à des activités qui favorisent l’exercice physique et une alimentation saine. Par-dessus tout, Oasis permet aux résidents de faire société, leur évitant ainsi l’isolement et la solitude qui nuisent extrêmement à la santé physique que mentale. Quel que soit notre âge, nous avons tous besoin d’avoir une vocation et une raison de vivre chaque jour. »

Pour obtenir davantage de renseignements sur le groupe de travail Bien vieillir chez soi et le programme ÉVITER la fragilisation, visitez le site Web de l’ÉSO FLA.

Voici les membres du groupe de travail Bien vieillir chez soi : des membres de la communauté autochtone, l’équipe Santé familiale Loyalist, des professionnels de la santé comme des administrateurs et des médecins de Providence Care et de l’hôpital général du comté de Lennox et Addington. Les membres représentent également la ville de Kingston, le canton de Loyalist, les programmes communautaires de services paramédicaux de Lennox et Addington, Rural Frontenac Community Services, la Société Alzheimer, Santé publique KFL&A, les services de soins à domicile et de soins communautaires, Kaymar, services de réhabilitation communautaire, la Faculté des sciences de la santé de l’Université Queen’s, St Elizabeth’s Research Institute et le RCSPF.